DEENFRES

Canal d’injection

Le canal d'injection vistona est bétonné dans la reprise de bétonnage. Dans une première phase lorsque l'eau pénètre, les zones externes hydro gonflantes commencent à gonfler. La pression de contact qui en résulte force un changement dans la voie de migration et d'étanchéité par l'accumulation de pression. Si nécessaire, le système peut être injecté dans une deuxième phase, ce qui conduit à une nouvelle extension de la voie de migration et à l'étanchéité.

Grâce à une construction en béton étanche et à une extension de la voie d'infiltration dans le joint en installant un canal d'injection gonflant, une étanchéité de 100% peut être garantie selon le système vistona.

Description

Toutes les pièces détachées, le lait de ciment, la rouille et autres matériaux non adhérents sont éliminés avant l'application du canal d'injection hydro-gonflant. Il est recommandé de lisser légèrement le béton frais dans la zone du conduit avec une barre transversale pour permettre une installation en douceur.

Injection

Si l'eau atteint le canal d'injection gonflant dans la reprise de bétonnage, l'étanchéité est obtenue dans la majorité des cas en raison de la pression de contact due au gonflement. Cependant, le processus de de gonflement prend un certain temps. Les accès pour l'injection se font par forage du béton. Les injections qui sont lancées trop tôt peuvent fausser ou même rendre impossible le processus décrit.

Si l'eau pénètre dans le bâtiment malgré le gonflement du canal, le canal est foré puis injecté dans une deuxième phase. Une nouvelle extension du chemin de migration est imposée et l'étanchéité est obtenue. L'injection doit être effectuée au plus tôt 28 jours après le bétonnage. Cependant, l'heure de l'injection doit être reportée le plus longtemps possible. Ce n'est qu'après décantation, rétrécissement et fluage qu'une étanchéité à long terme est garantie par le processus d’injection. Les mouvements dans le matériau de jointoiement doivent être limités à 15% de la largeur de fissure conformément à la norme SIA 272, section 4.2.2. Si ce mouvement ne peut pas être garanti en raison de fluctuations de température ou de différences de flottabilité, d'autres types de joints doivent être choisis.